La table de la semaine Les Tables

À l’Odéon, Benjamin Garin redonne vie au bistrot

L'institution genevoise connue de tous les gastronomes écrit depuis près d'un an les nouvelles lignes de son histoire. Le nouveau maître à bord : Benjamin Garin. Le chef reprend les rênes de l'établissement avec simplicité et toujours plus de gourmandise. Tour d'horizon.

Véritable institution bistrotière de la Cité de Calvin, l’établissement du boulevard de Saint-Georges écrit depuis près d’un an une nouvelle page de son histoire. Adresse emblématique des bons vivants et épicuriens en tout genre, l’Odéon anime le coeur de tous les gourmets. Depuis février 2019, un nouveau maître à bord. Benjamin Garin reprend les commandes de l’établissement avec une seule et unique aspiration, celle de faire plaisir. Une ode au bistrot, à ses plats, à son euphorie et bien sûr à sa générosité. Tour d’horizon.

On y vient pour son ambiance feutrée et bouillonnante, sa simplicité et sa gourmandise. Non, le bistrot n’a pas dit son dernier mot. Une longévité sans faille. Un amour inconditionnel. Et il suffit de se rendre dans l’une des adresses les plus emblématiques de Genève pour s’en assurer. À quelques pas du quartier des Bains et de la Jonction, l’Odéon fait figure de précurseur sur la scène gastronomique genevoise. Depuis 1903, il accueille et régale les gastronomes de la ville. En 2019, le chef Benjamin Garin y pose ses valises… Son expérience et son envie de partager. Après quatre années passées à la Ferme de l’Hospital, il rejoint le Vallon où il officie pendant neuf ans. Il dirige ensuite les cuisines du Calamar lors de ses années dorées avant d’initier et de diriger Denise’s Art of Burger aux côtés du chef étoilé Philippe Chevrier. Dès lors, il rêve d’indépendance et souhaite acquérir son propre établissement. Un coup de foudre immédiat pour l’Odéon et sa chaleur atypique.

© Odéon Genève – Quenelles de brochet, sauce Nantua.

Véritable amoureux du produit, Benjamin Garin ravive des souvenirs, des odeurs, des textures. Quenelles de brochet, Ravioles de Royan à la crème de volaille, Oeufs à la neige… De grands oubliés remis en scène dans nos assiettes. À leurs côtés, des créations plus inédites à l’instar du Tataki d’espadon et sa vinaigrette passion ou le Carpaccio de poulpe, vinaigrette aux câpres et piment. Des assiettes claires et (très) très gourmandes. Une bistronomie décomplexée où l’envie de faire plaisir se dévoile à chaque bouchée, le goût en ligne de mire. Côté produits, on reste dans la région et en Suisse. Fervent défenseur du locavorisme, Benjamin Garin souhaite dévoiler le meilleur du terroir local à ses hôtes. Un terroir qu’il magnifie également avec la création de sa propre cuvée en collaboration avec le Domaine de Beauvent à Bernex. Un assemblage de Merlot et Cabernet Sauvignon. Exclusivement réservé à l’Odéon, ce vin rouge sera très prochainement rejoint par une autre cuvée inédite… Cette fois-ci, côté blanc.

L’Odéon captive également par ses lieux. Des espaces embellis d’antiquités et de trésors en tout genre que le chef aime à chiner. Une deuxième passion.

Odéon Genève
Boulevard de Saint-Georges 60
1205 Genève